Centre de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique à Tours
2, allée du Manoir - 37000 Tours - Tél. : 02 47 05 38 46

Abdominosplastie ou chirurgie du ventre

L’abdominoplastie désigne l’ensemble des opérations esthétiques destinées à améliorer et rajeunir l’apparence de l’abdomen. Cette intervention chirurgicale appelée aussi "Plastie abdominale" ou encore "lipectomie abdominale” consiste à retirer un excès de peau et de graisse dans la partie inférieure d’un abdomen fortement distendu. En redonnant de la musculature, elle améliore ainsi l’apparence et le profil du ventre.  C’est une des plus lourdes interventions en chirurgie esthétique.
 

Indications

 

Cette intervention est particulièrement appropriée pour les femmes qui ont eu des grossesses ayant étiré la peau et les muscles de l’abdomen, les obèses après un amaigrissement ainsi que les personnes âgées qui ont perdu l’élasticité de leur peau. L’abdominoplastie est conseillée là où la lipoaspiration abdominale (ou liposuccion du ventre) isolée sera insuffisante.
 

Gestes et voies opératoires

 

L’abdominoplastie est un traitement d'ensemble qui consiste à soulever la peau et la graisse de la paroi abdominale jusqu’aux côtes et à retirer l’excédent en tirant vers le bas.  Si nécessaire, les muscles de la paroi de l’abdomen sont suturés ensemble, ce qui permet d’affiner la taille. Cette intervention peut réduire considérablement l’aspect proéminent de l’abdomen. Cependant, elle laisse une cicatrice permanente qui peut, selon l’ampleur de la situation et de l’intervention, s’étendre d’une hanche à l’autre. Sa longueur varie en fonction de la quantité de tissu enlevé, Elle est complètement dissimulable dans les sous-vêtements ou les maillots de bains.  Il faut prévoir une autre petite cicatrice si le nombril doit être repositionné pendant l’opération. Lorsqu’une mini-abdominoplastie est pratiquée, l’incision est habituellement plus limitée, la peau et la graisse sont soulevées jusqu’à l’ombilic, tirées vers le bas et la partie excédentaire est excisée. L’intervention dure entre 2 et 3 heures. Elle est généralement pratiquée sous anesthésie générale. 
 

Suites opératoires

 

L’hospitalisation dure trois jours. Le patient peut éprouver des douleurs dans les suites opératoires avec une sensation de ventre tendu, calmé par des antalgiques simples (paracétamol). En effet, la prise d'aspirine et d'anti-inflammatoires est interdite 3 semaines avant la chirurgie et 2 semaines après. 
Un traitement anticoagulant est prescrit pour prévenir la thrombose veineuse des membres inférieurs. Les pansements sont changés régulièrement jusqu'à la cicatrisation qui survient en 10 à 15 jours. Il est prescrit une gaine compressive environ un mois jour et nuit afin de diminuer l'oedème, draper la peau et maintenir la suture musculaire. La cicatrice est souvent rosée pendant les deux à trois premiers mois, puis elle s'estompe progressivement, pendant un à trois ans. Le résultat final intervient au bout de 12 mois. La reprise des activités sportives est déconseillée avant 60 jours.
 
Comme toute intervention chirurgicale, l’abdominoplastie comporte des risques : infections nécessitant des antibiotiques ou un drainage, mauvaise cicatrisation ou nécrose (perte des tissus).  Une des complications  spécifiques à cette opération est le sérome post-opératoire qui consiste en l’accumulation de liquide constitué de lymphe et de graisses.  Cette complication ne laisse pratiquement pas de séquelles. 
 

Contre-indications

 

La grossesse après une plastie abdominale est fortement déconseillée dans la première année suivant l'intervention. En pratique, il est préférable de faire une plastie abdominale chez la femme n'ayant plus de désir de grossesse.
 
L’intervention a un effet sur la forme du corps, mais non sur la texture, l'élasticité ou les imperfections de la peau, comme dans le cas de la cellulite superficielle.

Le Body Lift

 

Le bodylift ou dermolipectomie abdominale totale circulaire, concerne la chirurgie de la silhouette. Il est particulièrement indiqué pour corriger les séquelles d'amaigrissement important, éventuellement après une chirurgie bariatrique (gastroplastie, by-pass) pour obésité morbide.

Il peut s’agir de chirurgie réparatrice prise en charge par la sécurité sociale sous certaines conditions ou de chirurgie esthétique pure.

La technique du bodylift consiste en un traitement circulaire de la silhouette permettant une triple correction en un seul temps : antérieure  (abdominale et pubienne), latérale (face externe des cuisses, hanches et culotte de cheval), postérieure (lifting fessier et dorsal).

 

La première étape concerne le traitement du dos, des fesses et de la face externe des cuisses, patiente en position ventrale. L'excès de peau est retiré, après avoir largement décollé la peau des fesses et de la face externe des cuisses, pour la tendre vers le haut aprés avoir fait une liposucion importante permettant de respecter les vaisseaux lymphatiques gages d’une bonne cicatrisation. La peau est bien mobile et ne nécessite pas de décollement. En cas de fesse plate et tombante, on peut garder un lambeau graisseux volumateur.

 

La seconde étape concerne le traitement du ventre par abdominoplastie. Le patient est mis sur le dos pour cette étape. La peau sus ombilicale est décollée, permettant de retirer la portion sous ombilicale. La cicatrice du bodylift sera circonférentielle mais discrète car située sous la partie supérieure du bikini. L’intervention dure 5 heures en moyenne et l’hospitalisation entre 2 et 5 jours. Prévoir un arrêt de travail de 2 à 4 semaines.

Le résultat définitif du bodylift s'obtient au bout de 3 mois, une fois que l'œdème a complètement disparu. Il faut attendre au moins 12 mois pour juger de l'aspect définitif des cicatrices. Les résultats sont spectaculaires mais le bodylift reste l'intervention de chirurgie plastique la plus lourde. Et les risques même faibles demeurent : outre ceux liés à l'anesthésie générale, des accidents thrombo-emboliques (phlébite, embolie pulmonaire) plus fréquents que dans les autres interventions de chirurgie esthétique, des hématomes, des infections exceptionnelles. Les cicatrices importantes peuvent engendrer des nécroses, necessitant des soins locaux pendant longtemps et des reprises cicatricielles un an après.