Centre de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique à Tours
2, allée du Manoir - 37000 Tours - Tél. : 02 47 05 38 46

Augmentation mammaire par prothèses

L’augmentation mammaire, aussi connue sous le nom technique de mammoplastie d’augmentation, consiste à utiliser des implants ou prothèses mammaires pour améliorer la taille et la forme des seins et d’obtenir une silhouette mieux proportionnée. Les femmes choisissent l’augmentation mammaire pour des raisons très personnelles suite à l'amaigrissement, à l'accouchement, au vieillissement ou pour des raisons esthétiques.

 

Indications


Les prothèses mammaires sont faites d’une enveloppe externe souple, renfermant un liquide d’eau salée (sérum physiologique) ou un gel de silicone (gel cohésif). Le sérum physiologique ressemble beaucoup au liquide qui compose 70% de l’organisme humain. Si la prothèse se brise et le sérum physiologique s`échappe, il est absorbé en toute sécurité par l’organisme.
Des prothèses mammaires défectueuses ont récemment fait la une de l’actualité mais il faut savoir que leur fabrication fut volontairement falsifiée. Le risque de rupture d’une prothèse aujourd’hui est extrêmement faible si la fabrication de celles-ci est réalisée normalement .Les enveloppes sont plus solides et les gels ne «coulent »  pas .Les docteur Faugon et Ricci font appel aux fabricants les plus sérieux de prothèses mammaires.
Le gel de silicone a une consistance plus naturelle que celle du sérum physiologique, mais nécessite une incision de 4 à 5 cm.

 

Gestes et voies opératoires


Il existe trois types d’incisions classiques : au niveau de l'aisselle (voie axillaire), au niveau de l'aréole ou en dessous du sein, au sillon mammaire. En général, l'incision mesure entre 2 et 4 cm de longueur. Ces trois incisions permettent de placer la prothèse sous le muscle pectoral ou sous la glande (entre le muscle et le tissu mammaire). Dans la majorité des cas d'augmentation mammaire, les chirurgiens préfèrent placer les prothèses en rétro pectoral pour avoir un résultat plus esthétique surtout chez les femmes minces. Le tissu mammaire se trouve ainsi faiblement perturbé. Les patientes qui présentent une ptôse mammaire (seins tombants) peuvent également opter pour une mastopexie (redrapage) lors de l’augmentation mammaire. La mastopexie est une chirurgie qui est utilisée afin de remonter le mamelon. Les incisions sont faites autour et au-dessous du mamelon.

 

L’hospitalisation est de 24 heures le plus souvent mais l’intervention peut parfois se faire en ambulatoire. Elle dure entre 1 heure et 2 heures 30 sous anesthésie locale avec sédation ou sous anesthésie générale.

 

Suites opératoires


Le premier pansement est changé au bout de 48 h. Le port d’un soutien-gorge de contention est conseillé pendant environ 1 mois, nuit et jour. La cicatrice, rose pendant plusieurs mois, s'estompera normalement dans les 12 mois qui suivront. Le temps de récupération diffère d’une personne à l’autre mais la reprise des activités peut se faire après environ une semaine. La douleurest plus importante lorsque les prothèses sont en position retro pectorale.
Risques et complications
Comme pour toute autre chirurgie, l’augmentation mammaire peut s’accompagner de complications qui lui sont propres : dégonflement, infection, hématome, prolongation de la guérison, contracture capsulaire, déplacement de la prothèse, altération de la sensibilité du mamelon et du sein, plus de difficulté au dépistage des tumeurs, dépôts de calcium dans les tissus entourant la prothèse, besoin de chirurgies additionnelles, faiblesse des muscles, nécrose de la peau, vergetures, etc. Sauf de rares exceptions, les changements de la sensibilité des mamelons et des seins sont transitoires et la sensibilité normale revient au bout de quelques mois. La contracture capsulaire est la résultante de la membrane peri prothétique (phénomène normal) qui peut avoir tendance à se rétrécir et, de ce fait, à comprimer la prothèse donnant l’impression que le sein est dur. Ce durcissement peut amener à enlever et/ou remplacer la prothèse.

 

La chirurgie d’augmentation mammaire peut-être réalisée de la fin de la croissance à partir de 18 ans et pendant toute la durée de la vie. Elle n’empêche pas l’allaitement lors de futures grossesses mais dans ce cas il est préférable d’attendre au moins six mois après l’intervention. Il n’y a pas d’incidence sur le risque d’apparition d’un cancer après ce type de chirurgie.