Centre de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique à Tours
2, allée du Manoir - 37000 Tours - Tél. : 02 47 05 38 46

Correction des seins tombants (ptôse mammaire) avec ou sans augmentation de volume

La ptôse, c'est-à-dire la chute du sein, se traduit par un glissement avec affaissement de la glande et distension exagérée de l'enveloppe cutanée. La poitrine devient alors trop basse, comme "déshabitée " dans sa partie supérieure. La chirurgie consiste à la remodeler sans en réduire le volume. Elle  permet également de réduire la taille de l'aréole. La ptôse peut être isolée ou associée à une hypoplasie mammaire (petits seins) ou à une hypertrophie mammaire (gros seins) qui sera également corrigée dans le même temps opératoire.

 

Indications


Cet affaissement de la poitrine survient généralement après une importante perte de poids, une grossesse, un allaitement ou tout simplement à cause d'un manque de fermeté de la peau.
Il existe trois degrés d’affaissement (ptôse) des seins. La ptôse minime (type I) lorsque le mamelon tombant est au niveau du pli sous le sein. La ptôse moyenne (type II) lorsque le mamelon est un peu plus bas que le pli sous le sein. Une ptôse sévère (type III) lorsque le mamelon est très bas et regarde directement le plancher.

 

Gestes et voies opératoires


L'intervention a pour but de remettre en place l'aréole et le mamelon vers le haut, de concentrer et fixer la glande en bonne position et de retirer la quantité de peau excédentaire. La technique est semblable à celle d'une réduction mammaire, sauf qu'on retire seulement l'excédent de peau et non un surplus de glandes. S’il n’y a pas suffisamment de glande, il faut rajouter une prothèse pour obtenir des résultats satisfaisants. Il est possible de faire une mastopexie (lifting des seins) et une augmentation ou réduction mammaire en même temps. Cette intervention laisse des cicatrices dont la longueur dépend de l'importance du degré de ptôse et d’une éventuelle hypertrophie associée. Ces dernières ont une forme de T inversé, comme celles de la réduction mammaire, dans les cas importants. Dans les autres cas, leur forme est en L ou en I. L'opération est réalisée sous anesthésie générale, dure environ deux heures et nécessite une hospitalisation d’une journée.

 

Suites opératoires


Les cicatrices se situent dans la partie inférieure des seins : autour et en dessous du mamelon et, si nécessaire, dans le sillon inférieur du sein. En fait, la longueur et le nombre de cicatrices dépendent de la quantité de peau qui doit être retirée. Le pansement est retiré au bout de quarante-huit heures. Les suites sont peu douloureuses car Il n’y a pas de drains ni de pansements compressifs ni de fils à retirer. Les ecchymoses superficielles (bleus) disparaissent habituellement au bout de deux ou trois semaines Le port d'un soutien-gorge est conseillé nuit et jour pendant un mois. La position et la forme des seins ne seront définitives que quelques mois après l'intervention. Comme dans toute chirurgie, les cicatrices n'auront leur aspect définitif qu'après un an. Le résultat sera encore meilleur si ces cicatrices sont discrètes, c'est-à-dire si la nature des tissus s'y prête et si les soins sont bien respectés de façon à réduire le risque de cicatrice hypertrophique ou chéloïdienne.


La reprise des activités est rapide (1 à 2 semaines). Les exercices de force doivent être évités au moins pendant les 6 semaines suivant l'intervention. Les sports peuvent être repris après un mois sauf les sports violents (tennis, course à pied, escalade etc.) qui nécessitent trois mois d’interruption.

 

Risques et complications


Comme toute intervention chirurgicale, la correction d'une ptôse mammaire peut avoir quelques rares complications telles que : une infection, un hématome ou un léger saignement. Dans le cas de ptôses mammaires importantes, il peut exister des problèmes cicatriciels (nécrose cutanée) au niveau de l'aréole. Par ailleurs, un engourdissement temporaire des mamelons peut parfois prendre quelques mois avant de disparaître.