Centre de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique à Tours
2, allée du Manoir - 37000 Tours - Tél. : 02 47 05 38 46

Réduction des seins

La réduction mammaire est une chirurgie destinée à diminuer le volume de la poitrine lorsque celui-ci entraîne une gêne. On parle d’hypertrophie mammaire lorsque la taille de la poitrine est trop importante par rapport à la morphologie de la femme, ce qui entraîne des problèmes physiques et psychologiques.
La réduction des seins ou « plastie mammaire de réduction » consiste à alléger la glande mammaire et à remonter le sein, tout en repositionnant le mamelon.

 

Indications


Cette intervention a pour effet de soulager généralement les tensions musculaires exercées sur le cou, le dos, les épaules et le thorax. Elle aide à procurer un meilleur maintien corporel. Bien que la réduction mammaire se pratique dès l’adolescence, il est recommandé d’attendre la fin de la phase de développement de la poitrine. La grossesse et l’allaitement ont un effet important sur la taille et la forme des seins.

 

Gestes et voies opératoires


La méthode traditionnelle comprend trois types d’incisions : une autour de l’aréole, la deuxième à la verticale de l’aréole jusqu’au sillon mammaire et la troisième suit la courbe naturelle de ce sillon
Une fois l’excédent de peau enlevée, le mamelon et l’aréole remontés, la peau - qui était au dessus du mamelon avant la chirurgie - est redrapée vers le bas. Cela permet de donner aux seins leur nouvelle forme. Une liposuccion peut être pratiquée pour améliorer le contour sous le bras. Pour garder la sensibilité de la zone, le chirurgien prend soin de préserver le lien du mamelon et de l’aréole avec la glande. Des incisions, similaires à celles de la ptôse sévère, sont utilisées pour extraire l’excès de peau, de graisse et de tissu mammaire. Les cicatrices sont donc importantes. Pour les réductions modérées, les cicatrices peuvent être plus courtes. Le souci du chirurgien est certes de réduire au maximum la longueur de la cicatrice horizontale mais priorité est donnée à la forme du sein remodelé. Il faut notamment se méfier des incisions uniquement péri-aréolaires dans le traitement des gros seins car la limitation de la cicatrice se fait au détriment de la forme de la poitrine et entraine des fronces permanentes L’intervention dure environ deux heures sous anesthésie générale.

 

Suites opératoires


La durée d’hospitalisation est de 24 à 48 heures. La douleur habituellement minime est facilement calmée par des antalgiques. Le port d’un soutien-gorge de compression est obligatoire pendant un mois. La patiente peut reprendre ses activités professionnelles et sportives dans le mois qui suit à condition de ne pas faire de grands mouvements avec les bras pour ne pas mettre de tension sur les plaies et favoriser leur ouverture. La poitrine prend sa forme définitive et naturelle après un mois. La surveillance des cicatrices doit être particulièrement attentive pour éviter qu’elles ne boursoufflent et s’élargissent. Il convient d’éviter de les exposer au soleil. Il faut compter un minimum de 18 mois pour qu'une cicatrice mammaire arrive à maturité, et encore beaucoup plus longtemps chez les plus jeunes de 16 à 25 ans. Une dermopigmentation est possible pour rendre ces cicatrices extrêmement discrètes et même invisible autour de l’aréole.

 

Risques et complications


Bien que peu fréquentes et généralement mineures, des complications peuvent survenir à la suite de l’intervention, comme un saignement, la formation d’un hématome, de l’infection, des problèmes de cicatrisation, une ouverture de la plaie et une asymétrie. Très rarement, de la nécrose (par manque de vascularisation) peut survenir et causer, par exemple, la déformation de l’aréole et du mamelon. Il peut aussi y avoir une perte temporaire de la sensibilité qui, dans de rares cas, peut s’avérer permanente. Des retouches peuvent être nécessaires notamment pour les cicatrices.

 

Une grossesse est déconseillée pendant l’année suivant l’opération.